La médiation de quartier racontée par une citoyenne de Saint-Colomban  – Des conseils pour la vie ! Article précédent Jouer ensemble pour... Article suivant 16 novembre - jour de...

La médiation de quartier racontée par une citoyenne de Saint-Colomban  – Des conseils pour la vie !

Août 2017 –  Depuis un mois, le voisin de Madame Lepage et son conjoint avait un nouveau compagnon. À première vue, tout s’apparente à une situation très ordinaire. Un seul bémol : cet ami chantait à tue-tête et les réveillait  à toute heure de la nuit. Ce n’est pas du rock, ni même du Roch Voisine qu’il chantait, mais plutôt un chant de campagne.

En plus, blague-t-elle, il chantait mal ! En cherchant sur le site web de la municipalité les règlements municipaux à ce sujet, elle est tombée par hasard sur l’onglet du service Médiation Conciliation de Quartier des Laurentides, offert par l’organisme MAVN. Quelle ne fut pas sa joie de découvrir qu’il existe un tel service offert sans frais ! Mme Lepage souhaitait simplement trouver la meilleure façon de l’aborder sans causer de trouble, puisqu’elle ne connaissait pas son voisin et doutait de son tempérament.

Elle a contacté la responsable du service, la médiatrice Carole Brideau, dans le but d’obtenir des conseils sur la façon de parler au voisin de son coq dérangeant. Par appel conférence, Madame Lepage a reçu des conseils en communication, notamment sur la gestuelle et sur le bon ton de voix à employer pour éviter que la discussion tourne en chicane. Elle a aussi eu des idées d’approche pour bien amorcer la conversation, mais aussi sur l’art de se retirer lorsque que celle-ci tourne moins bien que prévu.

Armé de ces bons conseils, le couple se sentait prêt à aborder le voisin le dimanche suivant. C’est plutôt la nature qui s’est chargée de la situation, puisque la soirée précédente, en arrivant à leur demeure, plusieurs plumes de volaille se trouvaient sur leur terrain. Nul besoin de chercher bien loin, ces plumes provenaient du coq. Comme leur quartier est boisé, ils en ont conclu qu’un prédateur s’en était pris à l’animal du voisin.

La problématique s’est donc conclue par elle-même et le couple n’a pas eu à visiter leur voisin. Dans l’éventualité où il se serait procuré un nouveau coq, le couple avait déjà préparé une solution à lui amener face au problème, tel que conseillé par la médiatrice.

Bref, malgré la tournure des événements, la citoyenne de Saint-Colomban est très heureuse d’avoir obtenu ces trucs en communication, car ils sont valables non seulement pour cette situation, mais également pour une multitude d’autres sphères de la vie. Bien entendu, des conflits, on en retrouve partout !

Depuis ce temps, elle laisse la trace de son appréciation sur la page Facebook Spotted Saint-Colomban, lorsqu’elle aperçoit des publications à propos de voisins dérangeants. Cette situation montre d’autres possibilités que la médiation mais aussi qu’une chicane n’est pas nécessairement toujours à l’origine d’un appel à MCQL. Qu’auriez-vous fait si sur le terrain voisin du vôtre, il y avait coq vaillant au chant éraillé ?

Lire ici un autre témoignage du service Médiation Conciliation de Quartier des Laurentides

Lire ici un article sur les 5 excellentes raisons d’utiliser ce service

Ajouter un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *