Une nuit colombienne à l’hôpital Article précédent J'ai toujours eu l'âme... Article suivant Couper des branches pour...

Une nuit colombienne à l’hôpital

À chaque semaine, MCQL vous présente une histoire de voisinage inspirante, avec de vrais témoignages de voisins qui vivent ou ont vécu une belle relation de clôture.

Parce que MCQL a les bonnes relations de voisinage à cœur !

Saint-Jérôme – À une heure tardive de la soirée, alors que Marie-Michèle n’était pas encore au lit, la sonnette de son appartement a retenti. C’était Pedro, le concierge de l’immeuble, qui était également son voisin. Sa femme devait se rendre à l’hôpital et leur fille l’accompagnerait, mais un seul hic se présentait : les deux femmes colombiennes ne parlaient qu’espagnol, et l’homme, qui se débrouillait assez bien en français, ne pouvait amener sa femme et sa fille. Pedro souhaitait donc l’aide de Marie-Michèle pour qu’elle le contacte lorsqu’elles seraient arrivées à l’urgence. De cette manière, il pourrait traduire et faciliter la communication entre le personnel de l’hôpital et les deux femmes, tel qu’il le ferait s’il avait eu la possibilité d’être présent.

Avec le mari au téléphone et moi à leurs côtés, nous avons pu soigner la maman.

Bien que l’attente aux urgences fut longue, ces nombreuses heures ont donné la chance à Marie-Michèle et aux deux filles du couple colombien, l’une s’étant jointe plus tard à elles, d’échanger malgré la barrière linguistique qui les séparait. Elles la complimentaient et l’invitaient même à venir avec toute la famille en Colombie. «Elles étaient super contentes que je sois avec elles ! Puis, la maman a été sauvée et elle a guérit (…). »

Une année et demi plus tard, toute la famille comprend très bien le français et l’apprentissage pour le parler est en cours.  Ce qui avait débuté avec un coup de main durant une nuit s’est poursuivi avec une belle relation de voisinage. Les voisins ainsi que Marie-Michèle prennent de temps en temps un café ou une bière ensemble pour prendre des nouvelles de tous. Bien que ce soit la barrière linguistique qui était au cœur de la problématique que rencontrait la famille la nuit de cet incident, c’est également celle-ci qui a ouvert la porte à une belle relation !

Lire Entre l’entraide et une bière

Lire Une équipe de feu

Lire Couper des branches pour mieux se réunir

Ajouter un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *