À quoi ressemble un atelier d’éducation légale ? Article précédent Venez contribuer à... Article suivant Silence on tourne à MAVN !

À quoi ressemble un atelier d’éducation légale ?

Qu’est-ce qu’un recel ? Quelle est la différence entre un vol et un vol à l’étalage ? Ai-je le droit de posséder une drogue sur moi pour consommation personnelle lorsque je suis mineur ? Est-ce que l’intimidation est considérée comme une infraction ?

 

Des adolescent(e)s de l’école secondaire Mirabel ont pu trouver réponse à ces questions lors d’un atelier d’éducation légale donné par MAVN.

Le groupe, d’une vingtaine d’élèves de secondaire 2, était attentif et prêt à recevoir des informations sur la loi qui les concerne (la LSJPA), avec les droits mais aussi les responsabilités qui les accompagnent.

Peut-être ne se sentaient-ils pas concernés par le terme « acte criminel » de prime abord, mais plus l’intervenante Mélanie Renaud détaillait certains délits connus, plus ils comprenaient comment cet atelier pouvait les concerner, de près ou de loin. Les jeunes n’étaient pas nécessairement au courant de l’ampleur que certains de leurs gestes peuvent prendre, et on peut très bien les comprendre.

Avec des images, les élèves devaient faire des jeux d’association dans plusieurs volets de l’atelier. Il est important que l’atelier soit interactif !

En présentant un tableau qui illustre le fonctionnement de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents ainsi que la place de MAVN dans ce processus, les élèves ont pu mieux comprendre ce qui se passe après un délit.

Conscience virtuelle

Snapchat, cette fameuse application populaire auprès des jeunes, suscite toujours plusieurs interrogations lorsque vient le temps d’aborder la pornographie juvénile. Il est important que les adolescent(e)s sachent qu’une personne qui possède une photo « coquine » ou qui la propage peut aussi être accusée. L’intervenante a donné quelques pistes de solutions pour être en mesure de réagir adéquatement s’ils reçoivent une image de ce type. Ils peuvent également se poser une question avant d’envoyer une photo : Est-ce que je serais à l’aise que ma grand-mère voit cette photo-là ?

Plusieurs autres sujets actuels et importants ont aussi été abordés, en passant par les leurres informatiques, le harcèlement criminel, le libelle diffamatoire et le consentement.

L’atelier s’est terminé avec la simulation d’un procès qui mettait en scène les jeunes dans des rôles d’avocats, d’accusés, de victimes et de membres du jury. Une façon dynamique de faire participer les élèves !

 

« Je croyais qu’entrer dans un endroit abandonné n’était pas si grave et j’ai réalisé des trucs concernant les faux comptes Facebook. »  – Alexia, élève de secondaire deux.

 

Une heure de cours bien investie

Les élèves étaient unanimes : cet atelier leur a permis de comprendre plusieurs mythes et histoires qu’ils avaient entendus.

L’enseignante du groupe de français est heureuse que ses élèves aient eu ces informations, car elle croit qu’ils ne sont pas nécessairement conscients de toutes les conséquences possibles. « Quand c’est le professeur qui le dit, ils sont moins réceptifs que si c’est quelqu’un de l’extérieur. L’atelier était pertinent, et les exemples bien adaptés à leur réalité. »

Pour connaître les procédures pour recevoir un atelier d’éducation légale de MAVN dans votre école, cliquez ici.

Parents de jeunes adolescents, parlez-en aux professeurs ou à la direction de l’école que fréquente votre enfant. Vos jeunes sont à un atelier près d’être informés des avenues possibles en cas d’infraction !

Lire aussi :

Prévenir avec des ateliers en milieu scolaire

Ces adolescents… pas si contrevenants ! 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *